news alert

>NEWS ALERT: សម រង្សី​ កិម សុខា ព្រមទាំងយុវមិត្ត៥៣រូប នៃគណបក្សសង្គ្រោះជាតិយួន ( CNRP ) បានបង្កើតវប្បធ៌មសន្ទនា (Culture de Dialogue ) ដើម្បីបំបាំងខ្លួនស្រូបយកផលប្រយោជន៍ផ្ទាល់ខ្លួន លើគំនរទុក្ខរបស់ប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរ ។ដូច្នេះ យើងទាំងអស់គ្នាដែលមានឈាមជ័រជាខ្មែរ ពូជខ្មែរ មិនត្រូវមានជំនឿរលើគណបក្សសង្គ្រោះជាតិយួន ( CNRP ) តទៅទៀតជាដាច់ខាត ។ ប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរ ទាំងក្នុង និងក្រៅស្រុក ត្រូវមានកាតព្វកិច្ចរំដោះស្រុករួមគ្នា គឺត្រូវធ្វើបដិវត្តន៍ ជាចាំបាច់ ដេញចោរយួន​ និង ចិន ព្រមទាំង បនអាយ៉ងយួន ក្បត់ជាតិអោយចេញផុតពីដែនដីកម្ពុជា ។

lundi 4 septembre 2017

Corée du Nord : les Etats-Unis prêts à utiliser leurs capacités nucléaires

Le ministre de la défense, Jim Mattis, et le général Joseph Dunford, à Washington, dimanche 3 septembre. Pablo Martinez Monsivais / AP
On pensait la tension à son maximum, elle est encore montée d’un cran dans la soirée du dimanche 3 septembre. Quelques heures après l’annonce d’un sixième essai nucléaire par la Corée du Nord, la Maison Blanche a fait savoir que les Etats-Unis étaient prêts à utiliser leurs capacités nucléaires au cas où la Pyongyang continuerait à les menacer ou à menacer leurs alliés.
Un peu plus tôt, le président Donald Trump s’était entretenu au téléphone avec le premier ministre japonais, Shinzo Abe. Il s’était alors engagé, selon un communiqué de l’exécutif américain, « à défendre notre patrie, nos territoires et nos alliés en utilisant la gamme complète des capacités diplomatiques, conventionnelles et nucléaires dont nous disposons ».

Une émancipation

Des promesses qui ne semblent pas rassurer le journal sud-coréen Donga Ilbo, qui a exhorté Séoul, lundi dans son éditorial, à se doter de l’arme atomique, faisant part de ses doutes quant à la relation avec Washington.
La Corée du Sud, où sont stationnés 28 500 militaires américains, a interdiction de développer un programme nucléaire militaire, aux termes d’un accord conclu en 1974 avec les Etats-Unis, qui s’engagent en retour à la protéger. Mais la menace de plus en plus forte du Nord pousse certains à prôner une émancipation.
« Au moment où des armes nucléaires sont agitées au-dessus de nos têtes, nous ne pouvons pas toujours dépendre du parapluie nucléaire et de la dissuasion américaine. »

Manœuvres militaires

De son côté, Séoul a procédé, lundi, à des manœuvres impliquant des missiles balistiques. Des opérations qui se veulent une réponse à l’essai nucléaire effectué, quelques heures auparavant, par son voisin.
L’armée sud-coréenne a donc conduit un exercice à munition réelle simulant une attaque sur le polygone de tir nucléaire nord-coréen de Punggye-ri, dans le nord-est du pays, touchant « des cibles choisies dans la mer du Japon », a écrit l’agence officielle Yonhap en citant l’état-major interarmes.
Pyongyang avait annoncé dans la matinée de dimanche avoir procédé à un test d’une bombe à hydrogène d’une puissance beaucoup plus grande que celle de ses précédents essais nucléaires. « Une réussite parfaite », selon la télévision nord-coréenne.

Pas de radiations détectées

Le Japon et la Chine n’ont pas détecté dans leur environnement de substances radioactives provenant de l’essai nucléaire nord-coréen. « Rien de particulier n’a été décelé sur les suivis effectués à travers le pays », a assuré, lundi Yoshihide Suga, le porte-parole de l’exécutif nippon, lors d’un point de presse.
Pékin a abouti aux mêmes conclusions : « Les résultats de nos observations ont montré que le test nucléaire de la Corée du Nord n’avait pas eu d’effet sur l’environnement de notre nation ni sur la population », a expliqué le ministère de l’environnement sur son site Internet.

Le Monde.fr avec AFP | 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire