news alert

>NEWS ALERT: សម រង្សី​ កិម សុខា ព្រមទាំងយុវមិត្ត៥៣រូប នៃគណបក្សសង្គ្រោះជាតិយួន ( CNRP ) បានបង្កើតវប្បធ៌មសន្ទនា (Culture de Dialogue ) ដើម្បីបំបាំងខ្លួនស្រូបយកផលប្រយោជន៍ផ្ទាល់ខ្លួន លើគំនរទុក្ខរបស់ប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរ ។ដូច្នេះ យើងទាំងអស់គ្នាដែលមានឈាមជ័រជាខ្មែរ ពូជខ្មែរ មិនត្រូវមានជំនឿរលើគណបក្សសង្គ្រោះជាតិយួន ( CNRP ) តទៅទៀតជាដាច់ខាត ។ ប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរ ទាំងក្នុង និងក្រៅស្រុក ត្រូវមានកាតព្វកិច្ចរំដោះស្រុករួមគ្នា គឺត្រូវធ្វើបដិវត្តន៍ ជាចាំបាច់ ដេញចោរយួន​ និង ចិន ព្រមទាំង បនអាយ៉ងយួន ក្បត់ជាតិអោយចេញផុតពីដែនដីកម្ពុជា ។

mardi 12 septembre 2017

Menace nucléaire: quel rôle peut jouer la France dans la crise nord-coréenne?


Le président Xi Jinping estime qu'Emmanuel Macron peut "apaiser la situation et relancer le dialogue" après l'essai nucléaire nord-coréen. Sa marge de manoeuvre est ténue.

Après s'être montré particulièrement actif sur la question libyenne cet été, Emmanuel Macron va-t-il faire de même le programme nucléaire de la Corée du Nord? Au cours de l'échange téléphonique entre le président français et son homologue chinois Xi Jinping, ce dernier a appelé la France à jouer "un rôle constructif pour apaiser la situation et relancer le dialogue", a indiqué la télé chinoise CCTV sur les réseaux sociaux. 

"De façon paradoxale, la Chine et la France ont une approche insistant sur l'importance d'un dialogue diplomatique, décrypte Juliette Morillot, auteur de La Corée du Nord en 100 questions, aux éditions Tallandier, avec Dorian Malovic. Pékin sait que Macron est en faveur du dialogue, alors que les sanctions n'ont pas marché ces dernières années." 

Une seule prise de position de Macron

Quand Washington et Pyongyang donnaient dans la surenchère début-août, le président français avait en effet rappelé que l'objectif devait être "d'amener la Corée du Nord à reprendre sans condition la voie du dialogue", grâce à une action "concertée, ferme et efficace" de la communauté internationale au travers du Conseil de sécurité de l'ONU. Une déclaration qui précédait cependant le nouveau tournant qu'a représenté l'essai nucléaire de dimanche dernier. 
Des sanctions contre la Corée du Nord, en revanche, il n'en a pas été question lors de l'échange téléphonique de ce vendredi, selon la chaîne publique. Une nouvelle salve punitive est pourtant en préparation, à l'initiative des États-Unis de Donald Trump, échaudé de longue date par le développement ostensible des programmes nucléaire et balistique nord-coréens. 

Nucléaire à tout prix pour la Corée du Nord

Ce lot prévoit notamment la coupure des importations de pétrole au régime par la Chine. "Il y a un risque d'effondrement de l'économie nord-coréenne, qui ne pourra plus fonctionner, puisqu'il n'y aura plus de moyens de transport, suppose Antoine Bondaz, spécialiste du pays et chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique. La population va voir son niveau de vie chuter et souffrir, sans pour autant que le régime ne se dénucléarise." 
Telle est l'analyse de Xi Jinping et Vladimir Poutine, qui ne souhaitent pas l'étranglement économique du pays. Les Nord-Coréens "mangeront de l'herbe mais ne renonceront pas au programme", a déclaré mardi le président russe. Pour les deux pays, notamment la Chine, la Corée du Nord fait tampon avec les troupes américaines se trouvant au niveau de la ligne de démarcation qui traverse la péninsule coréenne.


 Reste à savoir si la France va concéder à la Chine toute l'importance que revêt un retour rapide au dialogue diplomatique, quand les États-Unis n'envisagent que des sanctions. "Cela risque de créer quelque chose entre Trump et Macron, qui ont plutôt de bonnes relations. Il y a des coups à prendre pour Macron, mais également des galons, estime Juliette Morillot. Pour démarrer le dialogue, la France et plus largement l'UE, qui n'a pas fait grand-chose dans ce dossier jusqu'à présent, peuvent jouer un rôle primordial." 

Le "rôle constructif" de la France souhaité par Xi Jinping risque de se heurter à l'intransigeance affichée par Donald Trump. Surtout que "la France, sur la question, est plus sur la ligne américaine. Elle a toujours été en pointe dans la lutte pour la dénucléarisation, rappelle Antoine Bondaz, auteur de La Corée du Nord, Plongée au coeur d'un Etat totalitaire, au Chêne. Pas sûr donc, que cette demande de Xi débouche sur quelque chose de concret."

Par Clément Daniez,
 publié le 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire