Le suspense n’aura pas tenu en haleine les électeurs turcs trop longtemps. Il n’aura pas fallu vingt-quatre heures à Recep Tayyip Erdogan pour entendre et accepter l’appel à l’organisation d’élections anticipées lancé par son allié politique Devlet Bahçeli, leader de la formation d’extrême droite du MHP. C’est donc officiel : le 24 juin se tiendront les élections présidentielle et législatives, près d’un an et demi avant les échéances prévues en novembre 2019.